Réaction de Guillaume Decard (LR) et Angélique Fernandes-Thomann (Udi) au sujet de la Mosquée de Fréjus.

La Cour d’Appel d’Aix-en-Provence refuse, comme le Tribunal de Draguignan, la démolition de la Mosquée, alors que le Tribunal Administratif a jugé que le permis de construire était irrégulier.

Ces décisions sont non définitives en raison de recours encore possibles. Il est donc prématuré aujourd’hui de les critiquer, de plus nous n’en connaissons pas les motivations.

Comme souvent, les postures du FN ne sont que polémiques et démontrent son mépris constant à l’égard de la justice de la République.

Disons le : la situation actuelle de la Mosquée est aussi le résultat de la « gestion » du FN à Fréjus. Alors qu’il en avait fait un des sujets principaux de la campagne municipale, il s’est montré constamment défaillant à ce sujet :

–  le référendum annoncé n’a jamais eu lieu,

–  la seule décision prise est un arrêté d’interruption de travaux 8 mois après les élections municipales et alors que les travaux étaient terminés !

Cet arrêté d’interruption des travaux n’avait donc ni sens ni utilité, mais en outre il ne respectait pas les règles de procédure les plus élémentaires.

C’est à se demander s’il n’y a pas une volonté politique de « pourrissement » de ce dossier pour mieux le stigmatiser sur la base d’un fonds de commerce bien connu de la part de l’extrême-droite.

Nous respectons pour notre part la Justice de notre pays. Nous regrettons toute tentative de récupération par quelque partie que ce soit.