Nous nous sommes retrouvés jeudi soir dans le quartier de la Bouverie à Roquebrune sur Argens pour notre 6ème réunion publique en présence des élus de Roquebrune sur Argens et des communes voisines, de Georges GINESTA, Député Maire, Liliane BOYER, Maire du Muy et de Jean Paul OLLIVIER, Mairie de Roquebrune sur Argens.  Durant cette réunion publique, j’ai souhaité partager 4 piliers notamment le volet de l’emploi et du pouvoir d’achat.

                                          

L’entreprise, qu’elle soit petite ou grande, locale ou mondiale, artisanale ou individuelle, est le lieu de la création de la richesse et donc du pouvoir d’achat. Il n’y a ni progrès, ni innovation sans esprit d’entreprendre et sans travail. Aussi toutes les politiques doivent favoriser l’emploi, l’attractivité et le développement de nos entreprises. 

RENDRE DU POUVOIR D’ACHAT AUX FRANÇAIS EN BAISSANT LES IMPÔTS 

-) Nous n’augmenterons ni la TVA, ni la CSG par rapport à l’augmentation annoncée d’Emmanuel MACRON qui concerne 60% des retraités,

-) Nous baisserons de 10 % l’impôt sur le revenu pour tous les ménages et notamment les classes moyennes matraquées,

-) Pour récompenser davantage le travail, nous rétablirons la défiscalisation des heures supplémentaires,

-) Nous augmenterons les petites retraites de 300 € par an, et les pensions modestes de réversion de 10 %,

-) Nous réduirons la transmission du patrimoine entre les générations de 15 à 10 ans le délai entre deux donations.

BAISSER LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE 

-) Nous baisserons les charges pesant sur le travail et la production,

-) Dans un contexte particulier lié au Brexit, nous diminuerons l’impôt sur les sociétés pour atteindre 25 % au terme du quinquennat,

-) Nous transformerons le CICE, véritable usine à gaz, en baisse durable de charges, pour simplifier la vie des entreprises et stimuler leur compétitivité,

-) Nous supprimerons l’ISF,

-) Nous supprimerons les 35 heures et laisserons pendant 18 mois à chaque entreprise ou à chaque branche pour les petites entreprises, la liberté de négociation du temps de travail,

-) Le code du travail sera simplifié et allégé pour garantir les droits fondamentaux des salariés tout en les protégeant davantage,

-) Le dialogue social dans l’entreprise sera modernisé, notamment grâce au référendum d’entreprise,

-) Nous réorienterons le système des emplois aidés vers les petites et moyennes entreprises, et non plus vers les collectivités publiques.

Après cinq années d’hésitations et de renoncements, les élections législatives doivent mettre en œuvre une alternance sans équivoque. Nous voulons donc une nouvelle majorité pour la France, une majorité de droite et du centre, une majorité claire et cohérente.