J’ai lu, avec attention, les propos du Député Philippe Michel Kleisbauer. Je tiens à rappeler que je n’ai jamais eu la moindre trahison vis à vis de Georges Ginesta, mais une opinion émise, et sans doute insuffisamment explicite, un soir de défaite. Il me semblait normal de m’interroger, et n’est-ce pas là  une qualité requise pour un élu ? Au lendemain du 1er tour des élections législatives, j’ai été viré et mis à l’écart de la majorité municipale. Voilà tout, et tout simplement pour avoir suscité un vrai questionnement.

 

Les interrogations soulevées sur le bilan méritaient bien d’être posées au regard des mesures prises par notre premier magistrat, Frédéric Masquelier :

 

  • diminuer des dépenses de fonctionnement pour éviter toute répercussion sur le taux de prélèvement des Raphaëlois,
  • préserver notre cadre de vie, en augmentant les espaces verts,   tout en défendant l’identité de nos quartiers,
  • une politique tournée sur la jeunesse tout en préservant l’équilibre des générations.

 

Arrêtons cette guerre de clochers interminable entre Fréjus et Saint-Raphaël! : il est de notre devoir d’avancer sur des dossiers intercommunaux afin de faire exister notre territoire dans un contexte de métropolisation des territoires voulu par l’Etat.

 

Je précise que Monsieur le Maire de Saint-Raphaël a transmis plusieurs dossiers au député : logement social, présence des C.R.S. pendant l’été, et qu’aucune suite n’a été donnée.

 

De surcroît, je constate, également, que dans la liste des 222 centres-villes qui vont recevoir le soutien de l’Etat pour être revitalisés, il n’y en a aucun dans notre circonscription.

 

Plutôt que d’avoir un regard mal orienté sur la politique locale, Philippe Michel Kleisbauer ferait mieux d’élargir son champ de vision au niveau national pour répondre à ses fonctions de Député.

 

Je pense que pour qu’ « un dialogue puisse se nouer », comme il le souhaite dans ces colonnes, ce n’est pas d’une ligne claire qu’il manque – j’ai toujours dit que j’étais opposé à toute alliance politique avec le Front National et tout le monde connaît ma ligne politique.  Il n’y a pas l’ombre d’une ambiguïté.

 

Je m’engage auprès du Maire Philippe Michel Kleisbauer pour une vision libérale ouverte et les attaques personnelles ne m’intéressent pas surtout de la part de personnes qui ont un parcours loin d’être irréprochable.

 

 

Guillaume DECARD.