Les évaluations internationales montrent que le niveau d’éducation des jeunes Français a fortement chuté; notre système éducatif est dans le monde considéré comme moyen.

François Hollande s’était pourtant engagé sur la priorité à l’école. Qu’en reste-t-il, sinon l’échec de trois ministres successifs ?: Vincent Peillon, Benoit Hamon et Najat Vallaud Belkacem.

La nouvelle grammaire désoriente les maîtres et les parents.

Dans notre Ecole, 20% des élèves sortent de CM2 sans avoir acquis les bases.

Est-il normal que les enfants de CM2 fassent en moyenne 18 fautes dans une dictée d’une dizaine de lignes ?

Est-il admissible que les résultats en mathématiques des élèves de CM1 classent la France vingt-huitième sur vingt-huit des Etats de l’Union européenne ?

Nous savons tous qu’un enfant qui ne sait pas lire en quittant l’école primaire est un enfant qui deviendra un adulte marginalisé et nous ne devons plus l’accepter.

Pour l’école primaire, il faut concentrer les trois quarts du temps de l’enseignement élémentaire sur le socle de connaissances : lecture, calcul, écriture, grandes dates et grands personnages de l’histoire de la Nation, géographie de la France et de ses régions.

Il faut supprimer les enseignements de langue et de culture d’origine qui différencient les enfants issus de l’immigration.

Il faut laisser aux collectivités territoriales la liberté de décider de l’organisation du temps scolaire et laisser aux maires la possibilité de revenir sur la réforme des rythmes scolaires.

Pour le collège, il faut abroger la réforme de Mme Vallaud-Belkacem et faire du brevet un diplôme sérieux certifiant l’acquisition du socle de connaissances.

Il faut organiser pendant la scolarité au collège trois séquences d’une semaine chacune de découverte des métiers et de l’apprentissage.

Parce que les élèves ne doivent pas se distinguer par leur tenue vestimentaire, parce qu’ils forment une communauté, il faut que les conseils d’école et les conseils d’administration des collèges définissent une tenue vestimentaire propre à l’établissement, un uniforme scolaire, comme cela se fait dans bon nombre de nos collèges d’outre-mer.

La responsabilisation des parents par la suspension des allocations, si nécessaire. Cela fonctionnait. La gauche y a renoncé. La loi prévoira, à nouveau la suspension des allocations de rentrée, des allocations familiales ou des bourses.

Enfin, notre système éducatif doit relever le défi du chômage des jeunes.

Il faut une mobilisation nationale des parents, des entreprises, des professeurs et des régions pour revaloriser et développer l’apprentissage dès l’âge de 15 ans.

En Allemagne 16% des jeunes de 16 à 24 ans sont apprentis, en France 5%. En Allemagne, 7% des jeunes sont au chômage, en France 25%.

Il faut aussi faire de l’enseignement professionnel une vraie voie d’excellence en le confiant aux régions.

Les régions sauront organiser une plus grande cohérence entre les lieux de formation (lycées professionnels, agricoles, maritimes et centres d’apprentissage) et les bassins d’emploi.

Les régions sont plus qualifiées que les rectorats pour adapter rapidement le système de formation aux débouchés professionnels et mieux préparer les jeunes à s’insérer dans la vie active.